Edition 2022

Un menu atypique

96h non-stopEdition 2022

Les protagonistes

#TeamLasPatatasBravas

Edition 2022 : L'ULTRA BEST-OF

Année inédite pour les participants, 2022 est placée sous le signe de l’exceptionnel : cette édition « ULTRA BEST-OF » regroupe 80% d’épreuves totalement nouvelles et démentielles, ainsi que 20% des meilleurs épreuves des précédents BEST-OF.

Quoi de mieux que cette édition pour accueillir nouveaux et aficionados du raid sportif et solidaire. Les TEAM se seront disputées la victoire jusqu’au dernier virage, sous l’écrasante chaleur de notre région AURA. Les toutes jeunes #PatatasBravas décrochent une belle victoire, au dernier moment et au coude à coude avec 2 autres TEAMS.

Félicitations aux #TeamOcean’Angels et #TeamWombats qui montent sur le podium.

Cagnotte solidaire 2022 – ?€ pour l’association « Los Chicos de Cusco » grâce à la victoire de la #TeamLasPatatasBravas.

#TEAM96H

LA TEAM 96H

Fort de son expérience, la TEAM 96H a, cette année encore, livré une préstation quasi parfaite. La météo ne fut pas clémente avec nos testeurs d’épreuves agréées : vent, pluies et soleil cuisant se sont abattues sur les sportifs vêtus de rouge.

Véritable apothéose du lien que tisse chaques années la TEAM Officiel avce le Raid, les participants ont pu retrouver cette grande famille de SURVIVORS pour passer un (long) week-end festifs et sportifs.

Vidéos

Film complet (27 min)

Version courte (2 min)

Journal de Bord

Entrée : gamelle de racines sauce Nantuy sur son aqueduc en gélatines

La première étape de ces quatre jours de goinfrerie se trouve à Nantuy. Au programme : un trail fantôme. Profitant du décor laissé par le chantier abandonné d’une voie ferrée, qui n’a laissé comme trace que quelques tunnels, quelques membres de la team y ont attendu les participants avec des petites boites mystérieuses dans lesquelles glisser sa main. Je vous laisse la liberté d’imaginer ce qu’il y a dans ces boites. Quelques kilomètres plus loin, la vraie course commence. le chrono est lancé et les équipes peuvent rejoindre l’arrivée le plus vite possible. En chemin, la fameuse montée de la butte : une pente assez raide sur laquelle les équipes doivent planter un drapeau le plus haut possible dans la temps imparti les mains attachées.

Après une crevaison qui n’était pas au menu, les participants ont été déposés à Passy, en Haute-Savoie.

Sur le bord d’un plan d’eau que surplombe le Mont-Blanc, voici Aqualine. le principe : trouver des matériaux disséminés aux quatre coins du plan d’eau (y compris dans l’eau !) afin de construire un aqueduc qui permettrait d’acheminer de l’eau depuis le lac vers un seau. Une épreuve complexe, coopérative, et partiellement humide

Après un diner bien mérité sous un Mont blanc paré de rose, les participants peuvent enfin aller se coucher. Sauf que …

A 23h, une musique retentit dans le camping et signale le début d’une épreuve. Alors que le compteur est enclenché les participants troquent leur pyjama contre basket et frontale pour cette épreuve nocturne et colorée. En effet, les participants sont en quête de LA noix dorée, qui permettra à l’équipe qui la détient de prétendre au titre de vainqueur le dernier jour. Et pour la trouver, ils doivent apprendre à communiquer en morse, d’un bout à l’autre du lac. S’ils se comprennent, leur retrouvaille leur permettra peut-être de trouver le code qui ouvre le coffre dans lequel se trouve le précieux fruit.

Plat : vol-au-vent, cochon de lait au fruits des bois scandinaves et sauterelles grillées à la tomate confite. S’accompagne parfaitement d’un diabolo menthe

Les participants ont pu s’affronter toute la matinée sur une olympiade un peu particulière, entre ciel et arbres. Pendant qu’une catapulte en projette certains jusqu’à la canopée, d’autres sautent sur un énorme matelas gonflable depuis une plateforme perchée à sept mètres de haut. On travaille la dextérité en empilant des pièces en bois les yeux bandés, et l’adresse sur un jeu qui mixe Molkky et puissance 4. Deux parcours d’accrobranche permettent de prendre de la hauteur sur tous ces ateliers, tandis qu’une slackline met à l’épreuve l’équilibre des plus téméraires.

Dirigeons nous maintenant à Queige, en Savoie, pour une effusions de boue. Jean-Marie nous accueille pour démarrer la Spartiate Race. Les équipes devront grimper une pente ultra raide en tirant un pneu de camion, en s’aidant uniquement des bras, et même en rampant sous des fils barbelés. Ils traverseront ensuite un étang sur une barque sans rame et tireront une voiture en panne à l’aide d’une corde. Ils rejoignent ensuite le site de la Spartiate par une rivière gelée avant de s’affronter en relais sur un parcours du combattant plutôt boueux.

La fin de l’après-midi est plus calme. Nous nous essayons à une épreuve de tétanie améliorée : Le Mental’eau. Sur un terrain de sport, les équipes sont scindées en deux. Une équipe porte un seau à bout de bras, pendant qu’une autre tente de réussir des épreuves. En cas d’échec, le seau des copains se remplit, jusqu’à ce que, trop lourd ou trop rempli, il se renverse et élimine l’équipe. Parmi les épreuves à réaliser : Chercher une noix argentée, tenir longtemps en gainage, croquer dans des sauterelles grillées, réussir un anagramme ou répondre à des questions de culture générale sur la région. Les vainqueurs ont tout de même tenu plus d’une heure.

Fromage : Beaufort d’été

Le soleil est au rendez-vous pour cette journée randonnée. Crème solaire et lunettes sont de rigueur. Le but de la journée : rejoindre la station des Saisies en passant par le Mont Bisanne, soit une ascension d’une dénivelée positive de près de 1 500 m. Et évidemment, quelques portions chronométrées.

L’itinéraire emmène les participants dans des sous-bois ombragés qui s’ouvrent sur une vue panoramique à couper le souffle, encerclée des massifs du Beaufortain, des Aravis, des Bauges, et, en face, du Mont Blanc. La neige ne s’est pas encore totalement retirée et rafraichit les pieds gonflés par la chaleur. Après une pause méritée à la Croix de Coste ou au Mont Bisanne, la descente vers les Saisies s’effectue par un alpage couvert de crocus.

Malgré l’air pur, les équipes suffoquent à l’arrivée, qui a été malicieusement disposée après une petite cote. Et puis un autre jeu : réaliser une forme à partir de bâtonnets de bois, sur la base d’un modèle caché dans la forêt. Enfin, pour bien clôturer la journée : la fameuse épreuve du tire à la corde, où les équipes spectatrices peuvent faire des paris sur l’équipe gagnante.